Isolant mince 17 couches (ex XL PREMIUM) - EXPERT 70.  larg 1,50 Long  6,67m ep.70 mm R = 3,43 m²K/W (EN 16012:A1)
Isolant mince 17 couches (ex XL PREMIUM) - EXPERT 70. larg 1,50 Long 6,67m ep.70 mm R = 3,43 m²K/W (EN 16012:A1)
À partir de

Le prix est susceptible de changer en fonction de l’endroit où vous vous trouvez, en ajoutant votre adresse de chantier vous garantissez l’affichage des prix définitifs de votre commande.

- TTC
Prix à l’unité -
Comparer Comparer
EXPERT 70. larg 1,50 m Long 6,67 m ép. 70 mm

Nos marques

7 articles trouvés

Asc. Desc.

7 articles trouvés

Asc. Desc.

L’utilisation d’un isolant mince dans la rénovation de l’habitat 

Le rôle d’un isolant mince dans la rénovation ou la construction d’une maison est important. Il vient protéger et renforcer le pouvoir d’isolant thermique de la laine de verre, du polystyrène, de la mousse résolique, de la fibre de bois ou de tout autre isolant thermique. Sa mise en place demande des compétences techniques afin de profiter au maximum de ses avantages d’isolation de la toiture ou des murs d’un logement.

Qu’est-ce qu’un isolant mince ?

Un isolant mince est vendu en rouleau. Il assure le rôle de pare-vapeur et complète un premier dispositif d’isolation des combles ou des murs intérieurs ou extérieurs.

L’isolant mince est composé de plusieurs couches de matériaux isolants qui limitent les échanges thermiques entre intérieur et extérieur par un rayonnement entre chaque matériau composant l’isolant mince.

La plupart des isolants minces sont multicouches, c’est-à-dire qu’ils bénéficient de la superposition de différents composants. Chaque matériau vient, par son action propre, apporter de l’étanchéité supplémentaire au revêtement isolant et augmenter les performances thermiques du logement.

Composition d’un isolant mince

L’isolant mince thermique multicouches est une superposition d’éléments thermiques employés pour leurs performances complémentaires à celles de l’isolation des combles, du sous-toit ou des murs de la maison.

Cet isolant multicouches est composé, en son centre, d’une mousse de polyéthylène recouverte, de chaque côté, d’un film polyéthylène à bulles d’air sec. Le tout est maintenu par un film d’aluminium qui recouvre ainsi les deux faces de l’isolant mince. Les fabricants déclinent les isolants avec un nombre plus ou moins important de couches, pour la meilleure performance thermique possible.

Où installer un isolant mince pour augmenter l’isolation thermique ?

L’isolation thermique d’une maison se fait à plusieurs niveaux. L’isolant thermique peut donc être installé dans différents endroits particulièrement sensibles à la déperdition de la chaleur.

  1. En sous-sol par une pose au plafond, au-dessus des panneaux d’isolation déjà présents.
  2. Dans les combles, en isolation du sous-toit. Le rouleau d’isolant mince est installé à l’intérieur, entre les bois de charpente et au-dessus des panneaux d’isolation.
  3. Sous les tuiles ou le revêtement métallique d’un toit. L’isolant mince est tenu en sandwich entre la tuile ou le bardage et la charpente. Il s’agit ici d’une solution hybride appelée Triso toiture. Cette solution apporte à la fois l’étanchéité au toit et l’isolation de ce dernier.
  4. En complément d’une isolation de façade par la mise en place de l’isolant mince multicouches du côté intérieur. En effet, un isolant mince ne doit jamais être posé du côté extérieur. Il en résulterait une condensation d’humidité très importante qui viendrait détruire le support.

Configuration optimale de l’installation d’un isolant mince

Lors de l’installation d’un panneau mince sous une toiture, la configuration est la suivante :

  • plaque de revêtement intérieur (Plaque de BA13 par exemple) ;
  • isolant mince ;
  • lame d’aération ;
  • panneau d’isolation sans pare-vapeur (à défaut, celui-ci sera entaillé pour laisser passer l’air) ;
  • pare-pluie ;

Il est impératif de penser à entailler le panneau d’isolation si celui-ci est doté d’un pare-vapeur pour permettre à l’isolant mince de jouer son rôle et de ne pas emprisonner de l’humidité entre la charpente et le revêtement intérieur.

L’installation d’un isolant mince peut également venir renforcer une isolation par l’intérieur. La procédure d’installation reste plus ou moins la même. Là encore, le panneau isolant ne devra pas comporter de pare-vapeur ou celui-ci devra être entaillé.

Les avantages de l’isolant mince

L’isolant mince vient compléter une isolation intérieure. Il peut assurer, à la fois, l’étanchéité et l’isolation d’un toit dans le cadre d’une technique de pose par l’extérieur appelée Triso toiture. Il augmente ainsi le coefficient thermique de la maison et permet de bénéficier d’un meilleur confort et de réaliser des économies de chauffage.

L’isolant mince est simple à mettre en place. Il suffit de dérouler le rouleau avec précaution pour ne pas l’abimer, puis de le fixer. Sa pose est rapide et offre de nombreuses configurations pour l’amélioration thermique d’une maison.

Certains isolants minces peuvent offrir une bonne résistance au feu, selon la classification obtenue après des tests en laboratoire.

Peut-on utiliser l’isolant mince en isolation unique d’une maison ?

L’emploi seul d’un isolant mince est impossible. Il doit impérativement être utilisé en complément d’une isolation classique : polystyrène, panneaux de bardage, fibre de bois, laine de verre ou de roche, etc.

Son coefficient thermique n’est pas suffisant pour assurer une isolation thermique d’une maison telle que l’on est en droit de l’attendre.

Il est également bon de savoir que l’épaisseur de l’isolant mince joue bien évidemment en son avantage, mais qu’il est bon de s’intéresser à l’isolant mince doté de 2 lames d’air au lieu d’une, ce qui lui donne une épaisseur un peu plus importante, mais augmente ses performances thermiques.

Quels sont les accessoires de pose d’un isolant mince ?

Les accessoires de pose sont les suivants :

  • rouleau adhésif haute résistance ;
  • clips venant se fixer sur les chevrons d’une charpente ;

Le rouleau adhésif assure la jonction et l’étanchéité. Il est conçu pour résister à des températures extrêmes. Il évite les ponts thermiques sur les bords du rouleau d’isolant mince.

Les agrafes doivent être adaptées à l’épaisseur de l’isolant mince pour pénétrer suffisamment loin dans le bois de la charpente et assurer son maintien.

Comment poser un isolant mince ?

La pose d’un isolant mince doit être faite dans les règles de l’art, notamment dans le respect de la lame d’air d’au moins 20 mm de chaque côté.

Léger à installer, il nécessite néanmoins une technique de pose adaptée afin de ne pas risquer d’endommager le support (mur ou charpente) par l’emprisonnement de l’humidité.

Il se découpe simplement à l’aide d’un cutter et doit être parfaitement tendu durant sa pose pour être efficace. Il est ensuite fixé par agrafage. Les jonctions sont ensuite recouvertes par un ruban adhésif adapté.

Des recommandations pour la pose sont les suivantes :

  • bien tendre l’isolant mince lors de sa mise en place ;
  • recouvrir chaque bord d’isolant par un autre sur une largeur entre 5 et 10 cm pour une étanchéité maximale ;
  • laisser une lame d’air de 20 mm en chaque côté ;
  • installer un liteau fixé dans un mur pour assurer l’étanchéité des bords de chaque côté de l’isolant mince (tout en conservant les 20 mm de lame d’air) ;
  • recouvrir toutes les jonctions avec l’adhésif de façon la plus continue possible.

La partie la plus difficile de la pose est de respecter le vide d’air. Il peut parfois être plus prudent de confier la pose de son isolant mince à un professionnel qui garantira une pose selon les règles de l’art et permettra d’obtenir des aides financières à l’amélioration de l’habitat.