Qu’est-ce que l’isolation phonique ou acoustique en maison ?

Achat d’une maison ou d’un appartement, construction d’une propriété sur un terrain à bâtir, travaux de rénovation dans un logement ancien pour isoler ses murs, son sol, ses plafonds et ses combles en vue de réduire le montant de ses factures d’électricité… Lorsqu’on évoque l’isolation d’une maison, on associe souvent les travaux entrepris à l’isolation thermique pour conserver une température agréable dans les principales pièces de vie et ainsi éviter au maximum les déperditions de chaleur. Cela dit, les matériaux isolants doivent également protéger les occupants d’un logement contre les bruits, en particulier dans les appartements situés en zone urbaine. Ce type de protection contre les bruits est appelée isolation phonique ou acoustique. Existe-t-il une règlementation spécifique à ce sujet ? Quelles techniques sont employées pour isoler les cloisons, les portes, les fenêtres et les sols ? Quels sont les matériaux qui protègent le mieux contre les bruits extérieurs ? Focus sur les principales choses à savoir sur l’isolation phonique dans les logements.

Qu'est-ce que l'isolation phonique ou acoustique en maison ?-1

Que dit la loi sur l’isolation acoustique dans les logements ?

Un bruit important et/ou prolongé nuit fortement à la qualité de vie des occupants d’une maison ou d’un appartement. Il peut entraîner des troubles du sommeil, des problèmes auditifs, de l’irritabilité et des tensions croissantes entre voisins. Ce problème se pose surtout dans les logements collectifs des grandes métropoles. Pour faciliter la cohabitation entre résidents et réguler le nombre de décibels provenant de l’intérieur ou de l’extérieur du bâtiment, la loi française prévoit des mesures spécifiques. Depuis le 1er janvier 2000, tous les bâtiments d’habitation neufs doivent respecter plusieurs exigences contemplées dans la nouvelle règlementation acoustique (NRA). Les constructeurs doivent isoler chaque appartement de ce type de bâtiment :

  • contre les bruits d’impact (isolation des sols) ;
  • contre les équipements de l’immeuble ;
  • contre les bruits aériens dans les zones proches d’un aéroport.

Isolation acoustique et échelle de bruit

L’intensité des bruits se mesure en décibels (dB). Chaque bruit en provenance de l’intérieur ou de l’extérieur de l’immeuble est classé dans une catégorie précise selon son intensité :

  • les bruits légers de 10 à 40 dB perceptibles dans les environnements paisibles, par exemple le bruissement des feuilles des arbres ;
  • les bruits gênants de 40 à 60 dB, par exemple une conversation à un ton modéré entre deux personnes ;
  • les bruits fatigants de 60 à 80 dB, par exemple la télévision allumée en permanence ou les bruits provenant des rues animées ;
  • les bruits dangereux de 80 à 100 dB, par exemple une musique à un volume élevé ou le bruit d’un train ;
  • les bruits de 100 à 130 dB qui atteignent le seuil de la douleur, par exemple un marteau-piqueur dans une rue en travaux.

Isolation phonique et attestation du maître d’ouvrage

Depuis le 1er janvier 2013, les maîtres d’ouvrage chargés de la construction d’un bâtiment d’habitation neuf doivent remettre une attestation qui certifie le respect de la règlementation acoustique pour obtenir le permis de construire. Cette attestation garantit que le futur immeuble sera conformé à la loi en matière d’isolation phonique. Elle est délivrée après des essais acoustiques réalisés sur le terrain. Lorsqu’un investisseur achète un appartement dans un immeuble neuf, il dispose d’un délai d’un an pour dénoncer un défaut d’isolation acoustique.

Règlementation sur les pièces d’un même logement

La nouvelle règlementation acoustique ne prend pas en considération l’isolation phonique entre les pièces d’un appartement ou d’une maison. Les constructeurs n’ont aucune obligation légale concernant l’utilisation de matériaux spéciaux au sein des cloisons ou sur l’épaisseur des murs qui séparent une pièce de l’autre. Tout acquéreur qui confie la construction de sa maison à des artisans doit par conséquent aborder avec le maître d’ouvrage le problème d’isolation acoustique entre les pièces de son habitation. Il doit lui exiger de lui proposer plusieurs solutions acoustiques, de l’aider à choisir celle qui est le plus adaptée aux caractéristiques de son logement et de ses exigences.

Qu'est-ce que l'isolation phonique ou acoustique en maison ?-2

La laine de verre, un des meilleurs isolants phoniques

La laine de verre est obtenue en mélangeant du verre recyclé et du sable. Il s’agit d’un matériau très apprécié des professionnels du BTP, car elle garantit une excellente isolation thermique et acoustique. Par ailleurs, cet isolant freine la propagation des flammes en cas d’incendie. Installée dans les cloisons, la laine de verre joue le rôle de ressort entre les deux parois. Ce matériau freine considérablement la propagation du son, permettant aux occupants de bénéficier d’un degré de confort acoustique satisfaisant. Pour agir efficacement, la laine de verre doit être placée de façon homogène à l’intérieur des murs. Ainsi, elle sera capable de neutraliser tous les ponts phoniques, autrement dit d’éliminer ou de réduire l’intensité de chaque nuisance sonore émise de l’autre côté de la paroi.

Isolation acoustique des fenêtres, du toit, des combles et du sol

Une nuisance sonore venant de l’extérieur trouve souvent dans la fenêtre un maillon faible de l’isolation phonique. Avant d’envisager la pose de matériaux isolants, assurez-vous que vos fenêtres sont étanches. Il est important d’isoler les coffres intérieurs des volets. Pour une meilleure protection contre les bruits extérieurs, optez pour le double vitrage. Pour l’isolation acoustique des combles et du toit, il convient de mélanger les matériaux souples comme le chanvre et la laine, avec des matériaux plus denses comme la fibre de bois et le plâtre. Pour isoler les sols, il existe également plusieurs possibilités :

  • la pose de parquet ou de carrelage selon la pièce, avec une sous-couche fine qui sépare le revêtement choisi du béton ;
  • un revêtement spécial pour absorber les bruits d’impact ;
  • les dalles flottantes et les chapes qui offrent une excellente isolation phonique, mais qui impliquent un investissement plus important que les solutions précédemment citées.

Conseils pour améliorer l’isolation acoustique de son logement

Localiser la source d’un bruit récurrent dans votre appartement ou votre maison est la première démarche à réaliser pour y remédier. Pensez à la façon dont vous agencez votre pièce ou vos pièces pour réduire la propagation du son. Déplacez vos meubles et votre lit, puis tendez l’oreille pour évaluer l’utilité de votre nouvel agencement. La décoration a aussi son mot à dire dans l’isolation acoustique des murs, des sols et des fenêtres. Installez un élégant tapis sur le sol de votre salon si votre voisin de l’étage inférieur est un peu bruyant, posez des rideaux épais aux fenêtres qui égaieront votre séjour tout en vous protégeant des bruits de la rue. Pour les cloisons, il existe des peintures antibruit qui contiennent des microbilles de verre. Votre nouvelle couche de peinture pourra réduire de jusqu’à 15 décibels le bruit qui parvient de l’autre côté de la pièce, une réduction loin d’être négligeable.

Nous vous recommandons ces autres pages :