Le guide pratique de l’isolation d’un logement

Quelle que soit la nature du logement, à l’image d’une maison ou d’un appartement, l’isolation est un élément déterminant. D’une part, pour le confort des occupants. D’autre part pour les dépenses que l’habitation peut engendrer, une mauvaise isolation pouvant nécessiter de chauffer l’habitation ou justement d’en faire baisser la température intérieure via une climatisation. Un autre aspect, et non des moindres, est l’impact écologique que peut avoir une mauvaise isolation. En conduisant les habitants à chauffer ou refroidir une habitation, l’exploitation excessive des ressources énergétiques contribue à l’émission de gaz à effet de serre.

Afin d’optimiser l’isolation d’une maison ou d’un appartement, il est notamment primordial de bien choisir les matériaux isolants à utiliser. De la même manière, il peut être nécessaire de faire appel à des professionnels pour identifier les éléments dont il faut améliorer l’isolation. À travers ce guide, voici quelques conseils pratiques sur l’isolation.

Le guide de l'isolation-1

L’isolation, un enjeu de confort et de consommation énergétique

Le fait d’isoler les logements répond à des besoins concrets, besoins notamment mis en lumière ces dernières années par le gouvernement qui soutient les particuliers souhaitant améliorer l’isolation de leurs habitations. Mais, concrètement, qu’est-ce que l’isolation d’une maison ? Avant toute chose, il faut préciser que l’isolation d’une maison ou d’un appartement peut être de différentes natures. Il est effectivement important de dissocier :

  • l’isolation phonique ou acoustique d’une habitation ;
  • l’isolation thermique d’un appartement.

Définition de l’isolation phonique ou acoustique d’un bâtiment

L’isolation phonique ou acoustique d’une maison ou d’un appartement renvoie à la capacité d’une habitation à absorber les bruits. Afin d’être plus précis, il est d’ailleurs possible de distinguer la notion d’isolation phonique de celle d’isolation acoustique.

Concernant l’isolation phonique, la finalité est, aux moyens de matériaux isolants adaptés, de limiter à l’intérieur de l’habitation les nuisances sonores de l’extérieur. Cela peut concerner le passage de voitures dans le cas d’une habitation à proximité d’une route ou encore les voix de voisins pour des logements collectifs.

Pour ce qui est de l’isolation acoustique, il s’agit de favoriser la bonne répartition du son dans l’espace afin de limiter le phénomène de résonance et d’écho et ainsi de limiter les contraintes sonores relatives aux bruits domestiques. Cela peut concerner les sons de pas ou d’enfants qui courent, le bruit d’appareils électroménagers ou encore le son de la télévision.

Présentation de la notion d’isolation thermique d’une maison

Si l’isolation phonique et l’isolation acoustique visent à limiter les nuisances sonores, le principe de l’isolation thermique est de favoriser la capacité de l’habitat à réguler la température. Pour ce faire, plusieurs objectifs peuvent être adaptés selon les problématiques rencontrées par le logement.

Dans le cadre d’une maison ou d’un appartement où règne le froid, l’isolation peut permettre de limiter la perte de chaleur. L’intérêt pour les habitants se retrouve alors dans le confort de vivre dans un appartement plus chaud ainsi que dans les économies qu’il est possible de réaliser sur sa facture de gaz ou d’électricité. Un appartement mieux isolé permet en effet de réduire sa consommation énergétique en diminuant le chauffage, et par conséquent de réaliser des économies.

Pour certaines personnes, le principal défaut de leur habitation est, à l’inverse, d’être trop chaud, notamment en été. Dans ce cas, l’isolation peut également être à revoir, notamment en utilisant des matériaux plus adaptés à isoler de la chaleur. L’utilisation de climatiseurs ou ventilateurs peut ainsi là encore être réduite et permettre de réduire ses dépenses énergétiques et ainsi de mieux gérer son budget.

Les principaux éléments d’un logement à isoler

Si l’isolation peut profiter à l’ensemble des locaux immobiliers, en fonction de leur nature certaines parties des logements méritent une attention toute particulière. Maison ou appartement : quoi isoler ? Retour sur les principales parties de la maison ou de l’appartement à isoler.

Les combles et la toiture, des points stratégiques pour optimiser l’isolation

Dans la mesure où l’air chaud monte, les parties supérieures d’un appartement se doivent d’être particulièrement bien isolées. Si tel n’est pas le cas, la chaleur peut alors s’échapper par le toit. En moyenne, près d’un tiers de la perte de chaleur se fait par les combles et la toiture, un taux catastrophique d’un point de vue économique et écologique, notamment en hiver. Afin de conserver la chaleur dans la maison ou l’appartement, une mauvaise isolation impose en effet de chauffer constamment.

Décider de refaire l’isolation de la toiture et des combles peut alors être judicieux pour plusieurs raisons. À court terme, cela offre un certain confort avec un environnement plus chaud lorsque les températures extérieures sont basses. À moyen et long terme, isoler son habitation au niveau du toit permet de limiter les dépenses énergétiques. Que ce soit pour son porte-monnaie ou pour la planète, les économies d’énergie réalisées sur la durée sont significatives, une façon d’avoir une démarche responsable tout en gérant son budget.

Les murs, l’une des éléments prioritaires pour l’isolation

Si la toiture est souvent la principale responsable dans la déperdition de chaleur, les murs ne sont pas en reste. Lorsque le toit et les combles représentent près d’un tiers de la perte de chaleur, les murs en sont responsables à auteur d’un cinquième voire d’un quart en moyenne. Qu’il s’agisse d’une maison ou d’un appartement, les murs doivent ainsi être l’une des priorités à traiter lorsque l’isolation est refaite.

Si les murs peuvent avoir besoin d’une meilleure isolation, il faut savoir que l’isolation peut être faite à plusieurs niveaux. L’intervention peut en effet concerner une isolation ITI ou ITE, à savoir une isolation par l’intérieur ou par l’extérieur. Les techniques utilisées sont alors différentes et visent à répondre à des besoins spécifiques. À noter qu’avant d’entamer l’isolation des murs, il est impératif de réaliser un bilan thermique. Ce dernier vise à établir un diagnostic des éléments à améliorer, et ainsi, d’adapter l’isolation à mettre en place.

Les fenêtres et les portes, des éléments à isoler

Si la déperdition de chaleur est moindre au niveau des fenêtres et des portes, elle représente malgré tout près de 15 % de la déperdition totale de chaleur d’un logement. Veiller à refaire l’isolation de ces parties de l’habitation reste donc important afin d’optimiser les dépenses énergétiques du foyer.

Afin de bénéficier d’une isolation performante des portes et fenêtres, plusieurs moyens existent. D’une part, il est possible de :

  • remplacer l’existant par du double vitrage ;
  • apposer un double vitrage ou un survitrage sur les fenêtres simple vitrage.

À noter que ces éléments peuvent être financés par le chèque énergie pour les foyers y étant éligibles.

Les sols, un autre point déterminant pour l’isolation d’un logement

Après les combles et la toiture, les murs ou encore les fenêtres et les portes, le sol est le dernier chantier majeur lorsqu’une maison mal isolée souhaite améliorer son isolation.

Dans le cas de figure où le logement est déjà existant, plusieurs solutions sont possibles en fonction de la configuration.

  1. En cas de dalle en béton, il est recommandé de poser directement un isolant sur la dalle et de protéger l’isolant d’une couche de plastique avant de couler une chappe par-dessus. Il ne reste alors qu’à opter pour le matériau qui habillera le sol.
  2. Si les sols reposent sur un vide sanitaire, il est recommandé d’isoler le plafond du vide sanitaire. L’isolation n’impacte ainsi pas directement l’intérieur du logement et il n’y a pas besoin d’enlever le revêtement en place. En revanche, si le vide sanitaire n’est pas accessible, il est nécessaire d’enlever le carrelage, le parquet ou la moquette afin d’intercaler une couche d’isolant.

Pour les logements dont la construction est récente, des normes sont imposées. Ces derniers doivent en effet répondre aux exigences des règlementations thermiques, à l’image de la RT2012 qui définit la consommation énergétique maximale d’un logement pour les différents usages du quotidien (chauffage, eau chaude, climatisation).

Le guide de l'isolation-2

Le budget à prévoir pour améliorer l’isolation de sa maison

Si l’isolation est un impératif, un élément peut être un frein à la volonté des particuliers de sauter le pas et de se lancer dans la rénovation de leur maison. L’aspect financier peut en effet faire peur, car la plupart du temps les individus n’ont aucune idée de l’investissement que représentent de tels travaux. Quel est le coût de l’isolation d’une maison ou appartement ? Pour estimer le montant global d’une isolation, il est avant tout nécessaire de s’intéresser aux matériaux utilisés ainsi qu’aux superficies des combles, de la toiture et des sols à isoler ou encore au nombre de fenêtres ou de portes à remplacer ou qui nécessitent un renforcement de l’isolation.

Afin d’optimiser les dépenses et d’avoir une idée précise du prix total que peut coûter l’isolation d’une maison, il est intéressant de demander une étude thermique à un professionnel. Ce dernier sera alors en mesure de déterminer quelles sont les principales sources de déperdition de chaleur. S’il s’agit de la toiture, des sols, des fenêtres ou bien des murs, il sera alors possible de prioriser l’isolation de l’un de ces éléments et ainsi garder la main sur le budget global.

Dans les faits, si, comme évoqué précédemment, le coût de l’isolation dépend évidemment de paramètres propres au logement (superficie, matériaux d’origine), il est possible de se faire une idée du coût à payer. Pour ce faire, il suffit de se pencher sur le prix au mètre carré de certains matériaux.

En fonction de la nature des isolants, qu’ils soient organiques, synthétiques ou minéraux, les performances en termes d’isolation phonique et thermique peuvent varier, tout comme le prix au m².

Faire le choix de ses isolants phoniques ou thermiques

Dans le cadre d’un projet d’isolation, l’une des principales étapes et le choix de matériaux adaptés en fonction de la nature de son projet. Pour un appartement ayant besoin de renforcer son isolation thermique, les matériaux à utiliser ne seront en effet pas nécessairement les mêmes que pour une maison souhaitant améliorer son isolation phonique. Par conséquent, comment choisir les bons matériaux isolants ?

Bien entendu, l’efficacité n’est pas le seul élément à prendre en considération. Comme évoqué précédemment, il faut ainsi également prendre en compte le coût moyen des matériaux. Les convictions de chacun peuvent aussi influencer le choix des isolants, en favorisant notamment des produits naturels et écologiques par exemple.

Exemples et coûts de matériaux isolants de nature organique

Voici quelques tarifs de matériaux isolants organiques.

  1. Le torchis, avec un prix de 3 € par m², peut s’avérer relativement intéressant, car peu onéreux. S’il s’agit d’un bon isolant phonique, il nécessite toutefois d’être associé à d’autres éléments pour être performant d’un point de vue thermique.
  2. Le chanvre et le lin, qui reviennent à près de 15 € du m², peuvent être utilisés pour l’isolation thermique. Concernant l’isolation phonique, ces isolants doivent se présenter sous forme de panneaux denses avec une certaine épaisseur pour assurer une bonne isolation.
  3. La ouate de cellulose et la laine de mouton, qui sont un peu plus onéreuses avec une moyenne de 20 € le m², sont particulièrement efficaces au niveau phonique. C’est aussi le cas au niveau thermique grâce à un bon coefficient de conductivité thermique.
  4. Les toits végétaux sont également des solutions pertinentes, à la fois esthétiques, efficaces et écologiques. Accessibles à partir de 45 € le m², les prix peuvent toutefois s’envoler à plus de 100 € par m². Un devis peut donc être nécessaire pour avoir une idée plus précise du coût selon le projet.

Outre ces éléments, d’autres solutions existent, à l’image de la laine de coton, de la paille, des panneaux de roseaux ou encore de la fibre de coco. Pour les deux derniers cités, le prix moyen est de l’ordre de 30 à 40 € au m².

Exemples et coûts de matériaux isolants synthétiques

Pour ce qui est des matériaux isolants synthétiques, il est possible de se tourner vers plusieurs isolants aux propriétés variées, en voici quelques tarifs.

  1. Le polystyrène expansé (PSE) revient à environ 10 € le m², il s’avère assez performant au niveau de l’isolation thermique, mais est moins efficace pour l’isolation phonique.
  2. Le polystyrène extrudé, aussi appelé polystyrène XPS, coûte en moyenne 15 € du m² et s’avère extrêmement isolant d’un point de vue thermique, mais très peu efficace au niveau phonique.
  3. Le polyisocyanurate, ou PUR, plus communément appelé polyuréthane, est lui aussi un isolant thermique de qualité qui pèche au niveau de l’isolation phonique. Son prix est en moyenne de 20 € le m².
  4. La mousse phénolique est un isolant à la fois performant au niveau thermique et phonique. L’inconvénient de cet isolant est toutefois son prix, avec des tarifs de l’ordre de 50 € au m².

Outre les éléments cités, d’autres solutions comme l’isolant mince, les panneaux d’isolant sous vide ou encore l’aérogel peuvent être envisagées. Vendu plus de 1500 € le kilo, l’aérogel mérite lui aussi de demander un devis pour se faire une idée du coût global pour la surface à isoler.

Les matériaux isolants les plus utilisés selon les besoins

Outre les isolants organiques et synthétiques, il convient de ne pas oublier les isolants minéraux. Parmi les matériaux isolants les plus utilisés, les minéraux occupent en effet une place de choix. En voici quelques exemples.

  1. La laine de verre est intéressante pour conserver la chaleur et favoriser une bonne insonorisation. Proposée en moyenne au tarif de 5 € le m², elle offre l’un des meilleurs rapports qualité-prix.
  2. La laine de roche est aussi l’un des isolants les plus utilisés en raison de son bon rapport qualité prix. Avec un tarif de l’ordre de 10 € du m², elle assure de bonnes performances d’isolation au niveau thermique et phonique.
  3. Le verre cellulaire, performant au niveau thermique et phonique, est aussi beaucoup utilisé. S’il est bien isolant, il est toutefois plus onéreux que la laine de verre et la laine de roche.

Les étapes pour isoler son logement

Comment isoler sa maison ou son appartement ? Pour procéder à l’isolation de sa maison, il est tout d’abord nécessaire de faire intervenir un expert dans le cadre d’une maison existante. Le bilan énergétique permet en effet de dresser un état des lieux des faiblesses pour cibler les principales sources de déperdition de chaleur.

Par la suite, il convient de choisir les matériaux isolants. Pour procéder à l’isolation d’un logement, il est également recommandé de faire appel à un professionnel reconnu garant de l’environnement (RGE). Enfin, dans le cadre d’une maison en construction, il convient de veiller que la règlementation thermique en vigueur soit respectée.