Ragréage pour l'extérieur, bien choisir son enduit de finition

Dans le cadre de la rénovation d'un logement, certains chantiers sont particulièrement importants. C'est le cas du sol, qui mérite qu'on lui accorde une attention toute particulière. Le sol est en effet un incontournable, puisqu'il accueille le revêtement sur lequel on marche, et s'impose comme un élément décoratif à part entière. Lors d'une rénovation, il s'avère ainsi primordial d'analyser la planéité du sol, notamment s'il est envisagé d'apposer un nouveau revêtement sur l'existant. Lorsque des défauts sont constatés, avec des irrégularités plus ou moins marquées, il est possible d'envisager un ragréage.

Qu'est-ce que le ragréage ? Le ragréage est une procédure propre à l'univers du bâtiment, qui consiste à appliquer un enduit sur un sol pour en corriger les irrégularités. La finalité de cette démarche est d'obtenir un sol plat, permettant par la suite de conserver l'aspect brut d'une dalle ou bien de poser un revêtement pour habiller le sol.

Quel ragréage choisir pour l'extérieur ?-1

À quoi sert le ragréage et dans quel cas est-ce utile ?

Derrière le terme technique de ragréage se trouve une finalité qui est somme toute assez simple. Le ragréage consiste en effet ni plus ni moins qu'à faire en sorte qu'un sol présentant des défauts soit à la fois lisse et droit. Le fait de réaliser un ragréage peut ainsi être motivé par plusieurs volontés :

  • offrir une seconde jeunesse à une dalle extérieure abîmée, qui peut être en béton brut, sans revêtement la couvrant ;
  • améliorer le confort du sol d'une terrasse, notamment afin de marcher pieds nus sans ressentir les aspérités de la dalle ;
  • apporter une touche personnelle à son logement, en optant pour des ragréages colorés qui égayent les sols extérieurs de la maison ;
  • modifier l'aspect de la dalle d'un point de vue pratique en créant une pente, si cette dernière est nécessaire, pour favoriser l'écoulement de l'eau en cas d'intempéries.

Au-delà de ces différents cas de figure, le ragréage est aussi et surtout utilisé dans un cas de figure particulier : rattraper la planéité du sol existant pour procéder à la pose d'un revêtement. C'est notamment le cas :

  • si la surface brute est endommagée ;
  • dans une situation où un revêtement précédent s'avère irrégulier ou abîmé (à l'image d'un sol en carrelage dont certains carreaux seraient fissurés ou cassés).

Dans ces deux cas de figure, avoir recours à un enduit de ragréage est fortement conseillé. Cela permet en effet de procéder à la pose du nouveau revêtement sur une base saine en s'assurant que les défauts du revêtement précédent sont corrigés.

Comment bien choisir son enduit parmi les différents types de ragréages ?

Avant de se lancer dans des travaux est de réaliser un ragréage, il faut vérifier en amont que ce dernier est nécessaire. Ainsi, il faut prendre en compte l'état du sol existant et la nature du revêtement à poser. Avoir un sol en carrelage n'implique effectivement pas forcément un ragréage. Si le carrelage a bien été posé et qu'il est en bon état, une alternative au ragréage existe.

Dans le cadre de la pose d'un parquet extérieur, il est en effet possible de se tourner vers des sous-couches de compensation. Comme leur nom l'indique, ces dernières permettent de compenser les irrégularités provenant des joints du carrelage. Cela fonctionne également en intérieur, et il s'agit d'un moyen d'améliorer l'isolation phonique et thermique au niveau du sol.

En revanche, afin d'installer un revêtement en carreaux de carrelage, il est nécessaire que le support sur lequel est posé le carrelage soit parfaitement plat et lisse. Pour ce faire, il est possible de se tourner vers :

  • un produit de type mortier de ragréage autolissant ;
  • un enduit de type mortier de ragréage fibré.

Retour sur les différences entre ces ragréages et les situations dans lesquelles il convient de privilégier un mortier autolissant ou un produit fibré.

Travaux en extérieur, pourquoi opter pour un mortier de ragréage autolissant ?

Pour la rénovation d'une dalle située en extérieur, le mortier de ragréage autolissant peut être utilisé, sous réserve que certaines conditions soient réunies. Parmi les conditions nécessaires à l'utilisation d'un mortier de ragréage autolissant, il faut ainsi que :

  • le sol ne fasse état que d'imperfections mineures ;
  • la dalle concernée soit une surface non poreuse.

Si ces conditions sont réunies, il est alors possible de procéder au ragréage par enduit autolissant. Ce dernier, relativement liquide, sera en effet en mesure de corriger les quelques irrégularités du sol.

L'intérêt du mortier de ragréage fibré pour l'extérieur

Si le mortier de ragréage autolissant est recommandé pour corriger de petits défauts, le ragréage fibré est pour sa part conseillé pour des disparités plus marquées. Sa composition lui confère en effet des propriétés en mesure de compenser des différences de niveau plus important. Si le ragréage fibré se montre plus performant, il faut néanmoins avoir conscience du fait que :

  • le mortier de ragréage fibré reste un enduit et, de fait, ne corrige en général que des irrégularités de moins de 4 centimètres ;
  • pour des différences de niveau plus marquées, couler une nouvelle chape est plus pertinent.

Si le sol est trop irrégulier, avec des différences de niveau nettement supérieures à 3 ou 4 centimètres, opter pour le coulage d'une chape permet de rattraper le sol et d'assurer de bonnes conditions pour la pose du nouveau revêtement.

Se référer au classement UPEC

Afin de savoir quel est l'enduit le plus indiqué en fonction de sa situation, il est possible de se tourner vers le classement UPEC. Ce dernier prend en compte plusieurs paramètres afin de définir le produit le plus pertinent pour le projet de rénovation. Parmi les critères figurent :

  • l'usure, qui prend en compte la fréquence d'utilisation du sol, noté par l'indice U, qui varie entre 1, 2, 2s, 3, 3s et 4 ;
  • le poinçonnement, lié au mobilier disposé sur le revêtement, avec un indice P noté 1, 2 ou 3 ;
  • l'eau, avec un indice E allant de 0 à 3 selon la réaction du matériau à l'eau ;
  • les agents chimiques, l'indice C correspondant au niveau de résistance aux produits d'entretien en cas de tâche.

Quel ragréage choisir pour l'extérieur ?-2

Bien préparer sa surface extérieure pour réaliser le ragréage

Afin de réaliser un ragréage en extérieur dans les meilleures conditions, il peut être nécessaire de passer un premier produit en amont du mortier. Selon le sol, il est ainsi possible d'opter pour :

  • un primaire de régulation, qui vise à favoriser la bonne prise de l'enduit de ragréage sur les sols poreux ;
  • un primaire d'accrochage, ou primaire d'adhérence, qui convient pour les sols lisses.

Opter pour l'un de ces produits permet de favoriser la bonne tenue du ragréage et ainsi d'assurer la qualité du revêtement.

Nous vous recommandons ces autres pages :