Le ragréage fibré : définition, utilisation et mode d’emploi

Que vous rénoviez une maison ou que vous preniez à votre charge une partie des travaux de construction de votre bien neuf, la pose d’un revêtement de sol est une des étapes indispensables pour rendre le logement habitable.

Les matériaux de revêtement de sol sont pluriels : carrelage, parquet, moquette, béton ciré, linoléum, etc. Outre le critère esthétique et le type de confort recherché, le choix de certains de ces matériaux peut dépendre de la qualité de la surface de pose. En effet, dans la plupart des cas, le sol doit être parfaitement lisse et droit.

Par le passé, il était donc fréquent de devoir couler une chape en béton sur la chape d’origine trop abimée pour récupérer et aplanir le sol. Mais désormais, le ragréage permet, dans certains cas, de s’épargner de cette contrainte.

Qu’est-ce que le ragréage ? Dans quels cas utiliser un ragréage fibré ? Quelles différences avec le ragréage classique ? Nous répondons à toutes vos questions.

Pourquoi mettre du ragréage fibré ?-1

Qu’est-ce que le ragréage fibré et quand l’utiliser ?

Faisons le point sur ce qu’est le ragréage avant même de nous intéresser au ragréage fibré, qui n’est rien d’autre qu’un type de ragréage. Vous savez à présent que le ragréage permet d’aplanir le sol ou le mur afin de récupérer une surface propre, lisse et plane pour la pose d’un revêtement. En effet, il permet également de corriger le niveau d’une surface en comblant les creux et les bosses ou autres imperfections.

En outre, le ragréage peut être appliqué sur l’ancien revêtement (carrelage par exemple) dès lors qu’il s’agit d’un matériau rigide afin de préparer la surface à accueillir un nouveau revêtement. Il n’est donc pas possible d’utiliser un produit de ragréage sur de la moquette par exemple. Il est principalement utilisé pour le sol, mais peut tout à fait servir à la réfection des murs.

Le ragréage est un produit à base de poudre de mortier (ciment) à mélanger avec de l’eau afin d’obtenir un enduit plus ou moins liquide. C’est pourquoi il convient de choisir un ragréage adapté à la nature des travaux et à la surface à ragréer. Un produit liquide ne peut donc pas être appliqué sur un mur. Mais outre la fluidité, les différents types de ragréage se différencient par leur composition.

  1. Le ragréage classique autolissant est un produit très liquide, ce qui lui confère la particularité de s’uniformiser de lui-même. Il s’agit d’une solution pour pallier les défauts mineurs présents dans le sol (maximum 2 cm d’épaisseur de recouvrement). En outre, il permet de récupérer un faible écart de niveau.
  2. Le ragréage classique autonivelant est, comme son nom l’indique, un enduit qui a la propriété d’uniformiser naturellement un écart de hauteur. Sa composition le rend plus résistant que le ragréage autolissant, ce qui permet de combler des défauts plus importants (3 cm d’épaisseur environ).
  3. Le ragréage fibré est un enduit dont la composition intègre des fibres métalliques, plastiques ou minérales. Le ragréage fibré peut, en quelque sorte, être comparé au béton armé. Il s’agit donc d’un enduit très résistant et particulièrement utilisé pour les sols très abimés. Néanmoins, il ne peut pas combler des aspérités de plus de 3 cm.

Ainsi, à chaque type de ragréage, une utilisation précise. Tous ces produits peuvent s’utiliser aussi bien en rénovation d’intérieur que d’extérieur, mais tout dépend de la surface à ragréer. Dans les faits, les produits de ragréage demeurent applicables sur n’importe quelle surface (dalles, carrelage, plancher en bois, plancher chauffant, panneaux de bois, chape anhydrite, etc.). En pratique, il est préférable de recourir au ragréage fibré dès lors que le support à ragréer n’est pas une chape en béton.

Pourquoi ? Parce que le ragréage fibré a l’avantage d’être plus flexible. Il peut ainsi recouvrir un revêtement soumis à des flexions, comme le plancher, ou un revêtement abimé (carrelage « qui sonne creux »).

Nous vous recommandons néanmoins de vous reporter aux recommandations du fabricant afin de choisir le ragréage fibré adapté à la nature de la surface à ragréer.

Pourquoi mettre du ragréage fibré ?-2

Comment utiliser du ragréage fibré ?

Avant d’aborder l’aspect pratique du ragréage fibré, rappelons que :

  • ce produit ne permet pas de combler des aspérités de plus de 3 cm, l’application au préalable d’un mortier de rebouchage peut être nécessaire ;
  • le ragréage fibré peut être appliqué uniquement sur un support rigide (pouvant être légèrement flexible) ;
  • le choix du produit doit être adapté à la nature du sol ;
  • ce matériau peut être utilisé en extérieur et sur les surfaces très sollicitées, car il est fortement résistant.

À présent, place à la pratique : voyons comment faire un ragréage fibré.

Préparer la surface d’application avant d’appliquer un ragréage

Il est indispensable de préparer le support afin de le rendre sain et propre. Cela garantit une meilleure adhérence du produit ainsi que sa qualité et sa résistance. Pour cela, il faut retirer toutes les traces (gras, colle, résidus de l’ancien revêtement, etc.), aspirer ou souffler la poussière et les saletés, combler les défauts majeurs et lessiver le sol.

Si nécessaire, identifiez les zones présentant les plus gros défauts de planéité (à l’aide d’une croix par exemple), c’est-à-dire les endroits où il faudra appliquer plus de produit.

En outre, il faut ôter ou protéger certains éléments avec du scotch de masquage, comme les baguettes de pas de porte, le bas des murs ou les plinthes dans le cadre d’une rénovation. Les tuyaux, câbles électriques, etc. sont à enrouler dans une mousse compressible.

Attention, dans le cas d’une application d’un ragréage sur plancher en bois, il demeure indispensable de vérifier que celui-ci est suffisamment aéré en dessous pour éviter son pourrissement. De plus, il faut fixer les lames qui bougent.

Enfin, il est préconisé d’appliquer un primaire d’accrochage afin d’augmenter l’adhérence de l’enduit au support. Le primaire d’accrochage doit être choisi en fonction de la porosité du sol. Nous vous conseillons de l’appliquer avec un rouleau à manche long pour vous épargner l’inconfortable position à « 4 pattes ».

Appliquer le ragréage fibré sur la surface à ragréer

La préparation de l’enduit de ragréage se réalise selon les recommandations du fabricant (volume d’eau selon une quantité de poudre définie). Assurez-vous d’avoir la quantité suffisante de produit. À cette fin, sachez qu’un sac de 25 kg de ragréage fibré permet de ragréer environ 5 m² de sol.

La durée d’utilisation du ragréage une fois que le mélange réalisé est d’une vingtaine de minutes. Passé ce délai, le produit commence à prendre et devient plus complexe à lisser. À ce titre, il existe des produits de ragréage fibré dits autolissants. Il peut s’agir d’une bonne solution pour faciliter vos travaux. Néanmoins, cela signifie que le produit est plus liquide et par conséquent que la fibre incorporée dans la poudre est plus fine, ce qui la rend moins résistante.

Quel que soit le type de ragréage, celui-ci est à verser sur des petites zones (2 m² maximum) et à étaler à la spatule. Le mieux est d’utiliser une spatule de carreleur crantée, car elle permet de lisser le ragréage plus facilement, et cela sans se soucier de l’épaisseur de produit nécessaire. Les travaux de rénovation sont à commencer dans l’angle de la pièce opposée à la sortie.

Enfin, nous vous conseillons de passer un rouleau débulleur si vous projetez de laisser à nu votre ragréage fibré, c’est-à-dire sans poser de revêtement (il s’agit alors d’un béton ciré). Cette étape permet d’éliminer toutes les bulles de la surface pour obtenir un ragréage lisse et esthétique.

Vous pourrez alors poser votre revêtement dès que le ragréage fibré sera sec, soit au bout de 2 à 6 heures selon la marque du produit.

Nous vous recommandons ces autres pages :