Rénover la surface carrelée grâce au ragréage

Le carrelage est un revêtement très répandu. On le retrouve sur les murs de maison, sur le plancher des salons, dans les salles de bain et les cuisines, sur les terrasses, etc. Ce revêtement sert à la fois à consolider et à orner la surface sur laquelle il est appliqué. Même si de nombreuses personnes l’ont déjà adopté, beaucoup d’autres se demandent encore pourquoi et comment choisir du carrelage pour sa maison.

Toutefois, il est important de rappeler que cette réalisation, bien que solide et avenante, peut se désagréger avec le temps. Le ragréage s’offre et s’impose comme solution dans ce cas. En quoi consiste cette opération ? Découvrons plus en détail ce qu’est le ragréage sur du carrelage, et comment cela s’effectue.

Comment faire un ragréage sur du carrelage ?-1

Quelles sont les particularités du ragréage sur du carrelage ?

Le ragréage sur carrelage est un ensemble de travaux de rénovation d’un sol carrelé. Il intervient lorsqu’un parquet couvert de carreaux vieillit et se détériore. On a alors recours au ragréage pour corriger les fissures, les inégalités, les porosités, les disjonctions et les aspérités. Pour ce faire, les carreaux abîmés sont recouverts d’un enduit destiné à lisser et à remettre à niveau le sol. Cela permet d’avoir une surface plane, et prête à accueillir un nouveau revêtement.

Les différents types de ragréage sur du carrelage

On distingue plusieurs techniques de ragréage de sol carrelé. Elles se différencient notamment par les matériaux, mais aussi par le mode d’étalage de l’enduit de ragréage. On distingue :

  • le ragréage fibré : cette technique permet de corriger les défauts de niveau allant jusqu’à 3 cm sur du carrelage en intérieur ;
  • le ragréage autolissant : on l’applique aux surfaces dont les inégalités font moins de 10 mm ;
  • le ragréage à hautes performances : il s’emploie de préférence sur des sols carrelés situés en extérieur.

Le moment propice pour procéder au ragréage

On ragrée un sol carrelé lorsque les imperfections sont sévères, notamment liées aux défauts de planéité. L’opération intervient lorsqu’un carrelage mal posé commence à perdre la majorité de ses carreaux. Pour décider quand un ancien carrelage doit être ragréé, il est conseillé de mesurer les inégalités de niveau, au moyen d’une règle de 2 m.

Si la mesure obtenue atteint 7 mm, le ragréage devient impératif. Par contre, si un tel niveau n’est pas atteint et que la plupart des carreaux tiennent en place, il est plutôt conseillé de combler les vides observés avec du mortier.

Comment faire un ragréage sur du carrelage ?-2

Quel est le processus de ragréage d’un sol carrelé ?

Le ragréage de sol carrelé se fait en plusieurs étapes.

Tester le sol

Avant de procéder au ragréage, il est important de faire une série de tests. Le premier consiste à vérifier le taux d’humidité, à l’aide d’un carré de plastique. L’objet se dépose sur le sol pendant quelques heures. L’apparition de petites gouttes sur la partie touchant le carrelage est le signe que le niveau d’humidité ne pourra pas favoriser l’adhésion de l’enduit. Il va donc falloir poser un film de polyéthylène.

L’autre test est celui de la porosité. On le réalise en versant de l’eau sur l’ancien carrelage. Si celui-ci absorbe en moins d’une minute le liquide, le sol est déclaré poreux. Un tel type de sol supportera mal la chape de ragréage. Il va donc falloir prévoir une couche de primaire d’accrochage.

Réunir les outils et matériaux nécessaires

Pour faire un ragréage, on utilise certains outils tels que :

  • la lisseuse ;
  • l’aspirateur ;
  • le seau ;
  • la ponceuse ;
  • le rouleau débulleur ;
  • le malaxeur ;
  • la brosse à poils ;
  • etc.

Quant aux matériaux, il s’agit principalement :

  • de l’enduit ;
  • du film de polyéthylène ;
  • du pot de primaire d’accrochage ;

Apprêter le sol carrelé avant ragréage

Avant l’application de l’enduit, il faut s’assurer de la propreté du sol à ragréer. Sa surface doit être lisse, sèche et débarrassée de toutes matières encombrantes. Les résidus, les taches et tout autre élément pouvant empêcher la pose et l’adhésion de l’enduit sont à éliminer. Les plinthes sont à protéger, les trous identifiés doivent être rebouchés avec un mortier de réparation, de même que les fissures sur la surface ouverte en forme de V. Cela permet une meilleure imprégnation de l’enduit. Un primaire d’accrochage peut être posé, toujours pour faciliter l’adhésion entre le sol et l’enduit.

Préparer l’enduit

L’enduit de ragréage est un produit disponible en commerce sous forme de poudre à délayer dans de l’eau. La préparation n’est pas la même pour tous les types de ragréage. Seuls les mortiers de ragréage autolissant et de nivellement obéissent au même mode de préparation.

Pour préparer l’enduit, la poudre est versée dans un seau ou une bassine. On y ajoute de l’eau, sans exagérer sur le dosage. Par la suite, le mélange est malaxé avec un malaxeur. Le malaxage doit se faire à une vitesse lente jusqu’à l’obtention d’un liquide fluide et homogène. Puis, on le laisse reposer pendant 2 à 5 minutes.

Verser l’enduit

Dès que l’enduit a suffisamment reposé, il est temps de le verser sur le sol carrelé. L’idéal est d’y aller doucement, et par petites zones successives. Pour mieux réussir cette étape, il est recommandé de commencer par la partie éloignée de la porte, avant de finir au niveau de celle-ci.

Étaler l’enduit

L’étalage de l’enduit dépend du type de ragréage choisi. S’il s’agit d’un enduit autolissant, l’étalage se fait sans protocole. Il suffit, dans ce cas, de répartir l’enduit sur le sol carrelé à l’aide d’une taloche lisseuse. Un enchaînement de mouvements amples de gauche à droite, et inversement, permet d’étaler le mélange pour avoir une couche d’au plus 30 mm d’épaisseur.

Il faut ensuite laisser sécher une demi-journée, voire 24 heures entières. En cas de persistance de certaines irrégularités, le ponçage s’offre en solution. Si les défauts persistent, rien n’empêche de poser une couche d’enduit supplémentaire, pour obtenir un nivellement parfait. À noter aussi que l’ouvrage ne doit pas être exposé à la chaleur ni aux courants d’air. Le troisième jour après l’étalage, le nouveau revêtement peut être posé.

Dans le cas du ragréage par nivellement, il faut tirer l’enduit versé avec une règle de fer de 2 m. Le maçon doit ensuite faire des mouvements de droite à gauche, en tirant la règle dans cette direction. Dès que l’enduit est bien éparpillé, on procède au lissage avec une truelle lisseuse. Le temps de séchage est indiqué sur l’emballage de l’enduit.

Tout comme l’enduit autolissant, le mortier par nivellement ne supporte ni la chaleur, ni les courants d’air. Après trois jours de séchage, un nouveau revêtement peut être mis. Si, entre temps, la surface n’est toujours pas plane, on peut verser une nouvelle couche, trois heures après la première. Attention cependant à ne pas dépasser 3 cm d’épaisseur pour les deux couches superposées.

Combien coûte le ragréage sur carrelage ?

Pour faire un ragréage sur carrelage, il n'est pas nécessaire de dépenser une fortune. La grande partie des dépenses est concentrée dans l’achat des outils et matériaux. S’y ajoute le coût de la main-d’œuvre, si le ragréage n'est pas effectué par le particulier.

Mais comme le ragréage n’est pas l’ouvrage de maçonnerie le plus complexe, on peut décider de se charger soi-même des travaux. Dans ce cas, le prix reste lié au coût du matériel utilisé et à celui des différents matériaux nécessaires.

En définitive, le ragréage sur carrelage est un ensemble de travaux prévus pour redonner de l’éclat aux sols carrelés, en intérieur comme en extérieur. Il permet d’éliminer toutes les irrégularités nées de la mauvaise pose de carreaux ou du vieillissement de ces derniers.

Nous vous recommandons ces autres pages :