Choisir l’épaisseur d’un isolant thermique en fonction des travaux d’isolation

L’isolation thermique d’une maison représente un enjeu stratégique pour améliorer son confort de vie, et surtout, pour faire de sérieuses économiques en matière de consommation d’énergie, ce qui en plus d’être bon pour la planète l’est aussi pour le porte-monnaie. 

Comment choisir les bons matériaux isolants et plus encore quelle épaisseur d’isolant choisir sont deux questions qui hantent toute personne se lançant dans des travaux d’isolation thermique. Et c’est bien normal, parce qu’il n’existe aucune réponse universelle, mais des calculs complexes et des notions barbares : lambda, conductivité thermique, résistance thermique, déphasage, etc. 

En outre, l’arrivée de nouvelles solutions dotées d’une technologie offrant toujours plus de performance dans un marché où se côtoient déjà de nombreux matériaux isolants ne simplifie pas le casse-tête rencontré par de nombreuses personnes.

La bonne épaisseur d’isolant dépend d’un ensemble de critères auxquels seuls le type et le contexte des travaux d’isolation peuvent répondre. Nous vous expliquons tout !

Quelle épaisseur d'isolation choisir en fonction du contexte ?-1

La bonne épaisseur d’isolant : un compromis entre de nombreux facteurs

Ainsi, il n’y a pas de réponse universelle quant au choix de la bonne épaisseur d’un isolant, mais un ensemble de facteurs à prendre en compte dans son choix définitif.

La notion de conductivité thermique en isolation

L’épaisseur d’un matériau isolant dépend de la nature même de ce matériau (matière, densité, résistance à l’humidité) et de sa conductivité thermique. La conductivité thermique d’une matière désigne sa capacité à diffuser de la chaleur sur un temps donné, le fameux lambda λ mentionné précédemment. 

La conductivité thermique influe sur la résistance thermique des matériaux isolants, c’est-à-dire leur capacité à résister à la chaleur ou au froid, et dans le cas qui nous concerne, leur capacité isolante. Ainsi, plus la conductivité thermique d’un isolant est faible, moins il transmet (et perd) de chaleur, et plus un matériau est résistant et mieux il conserve la chaleur.

La conductivité thermique est donc intrinsèquement liée à l’épaisseur du matériau isolant, car plus la conductivité est faible et moins le matériau devra être épais pour être résistant et isolant. Croire que plus un matériau est épais, mieux il isole est une idée reçue que les nouvelles solutions technologiques mettent de plus en plus souvent à mal.

La nature du matériau isolant dans le choix de l’épaisseur

Mais attention, n’allez pas croire qu’il suffit de choisir un type de matériau offrant le moins de conductivité thermique pour bien isoler sa maison. Ce serait réducteur et l’isolation ne serait plus un vrai casse-tête. 

Le choix du type de matériau dépend d’un ensemble de paramètres, on ne pose pas n’importe quel isolant n’importe où. Le type d’isolant dépend :

  • des travaux d’isolation mis en œuvre (construction neuve, rénovation, isolation par l’intérieur ou par l’extérieur, etc.) ;
  • des facteurs externes, comme le climat de la région, l’orientation de la maison, le taux humidité extérieure ;
  • de la compacité du bâtiment ; 
  • des éléments à isoler (combles, toiture, murs, sol, pièce humide, etc.) ;
  • du type de mur à isoler et sa qualité thermique ;
  • du moyen de chauffage choisi ;
  • de la règlementation en vigueur (la RT 2012 à ce jour en France).

Choisir la bonne épaisseur dépend donc du choix du matériau, qui dépend lui-même du type des travaux mis en œuvre. La meilleure solution dans le cadre d’une rénovation est de faire réaliser une étude thermique afin de déterminer avec précision les besoins d’isolation. Enfin, lorsqu’il s’agit d’un projet de construction d’une maison neuve, l’isolation est à inclure dans une réflexion globale et non pas comme une simple étape. L’ensemble des matériaux de la maison sont à choisir en totale cohérence.

Quelle épaisseur d'isolation choisir en fonction du contexte ?-2

La nature des matériaux et leur épaisseur : une question d’utilisation

À ce stade de votre lecture, nul besoin d’en rajouter sur l’importance de prendre en compte l’ensemble des facteurs précédemment mentionnés dans le choix d’un matériau isolant. Aussi, ce qui suit doit être compris comme une tendance générale et non pas comme une vérité absolue ou une solution unique applicable à tous les travaux d’isolation thermique.

Les matériaux et leurs épaisseurs pour l’isolation des murs d’une maison

Les murs extérieurs d’une maison représentent entre 20 à 35 % des déperditions de chaleur. Deux techniques existent pour isoler les murs principaux d’un bâtiment : l’isolation thermique par l’intérieur et l’isolation thermique par l’extérieur (ITE). 

Les matériaux isolants pour une isolation par l’intérieur sont à choisir en fonction du type de murs à isoler. Et bien que l’épaisseur de l’isolant réduise la surface habitable, elle ne doit pas être réduite au minimum pour conserver davantage de place au détriment de la performance énergétique. Voici les principaux isolants intervenant dans ce contexte et l’épaisseur minimale recommandée :

  • le polystyrène en panneaux, 14 cm ;
  • la laine de verre en panneaux ou rouleaux, 12 cm ;
  • le polyuréthane en panneaux, 9 cm et 11 cm pour la mousse ;
  • la ouate de cellulose en panneaux, 15 cm (17 cm pour un conditionnement en vrac) ;
  • la laine de bois ou de roche en panneaux, 14 cm ;
  • la laine de chanvre en panneaux, 16 cm.

À savoir que 75 % des Français utilisent la laine de verre pour sa praticité, sa polyvalence et sa performance thermique.

Concernant l’isolation thermique par l’extérieur (directement sur les murs de façade) et qu’importe la technique utilisée (ITE sous enduit ou ITE sous bardage), il est fréquent d’utiliser :

  • des panneaux de polystyrène expansé blanc (PSE) de 15 à 20 cm ;
  • des panneaux de la laine de roche de 15 à 20 cm ; 
  • des panneaux de polystyrène expansé graphisé gris 14 à 18 cm ;
  • les panneaux de mousse résolique de 9 cm.

Notons que la RT 2012 impose une épaisseur d’isolation des murs, qu’importe la technique, de 8 à 30 cm pour un lambda compris entre 3 et 9 m².K/W.

Les matériaux et leurs épaisseurs pour l’isolation du sol, des combles et de la toiture 

On a tendance à se focaliser en priorité sur l’isolation thermique des murs d’une maison, pensant qu’il s’agit du plus important. Ce n’est pas faux, mais négliger les autres constituants d’un bâtiment serait une erreur, néanmoins fréquente : 20 à 30 % des déperditions de chaleur proviennent de la toiture et 7 à 10 % du sol. 

La RT 2012 impose le respect d’un lambda compris entre 2,5 et 6 m².K/W et 8 à 30 cm d’épaisseur d’isolant pour le sol et un lambda de 5,5 à 12 m².K/W et une épaisseur de 10 à 50 cm pour l’isolation de la toiture et des combles.

Parmi les principaux matériaux isolants pour la toiture ou les combles, notons : 

  • la laine de verre ou de roche (16 à 20 cm) ;
  • le polystyrène expansé (24 cm) ;
  • le polyuréthane (12 à 14 cm en panneaux, 18 à 21 en mousse projetée) ;
  • les flocons de cellulose (16 à 21 cm) ;
  • les panneaux de bois (20 à 30 cm).

Enfin, le sol peut être isolé soit par le dessous, technique permettant de ne pas réduire la surface sous plafond par l’élévation du niveau du sol tout en conservant la possibilité de mettre plus d’épaisseur d’isolant, ou par le dessus, sur la dalle en béton.

Pour cela, il est possible d’utiliser du polystyrène (90 à 120 cm par le dessous, 60 à 70 par le dessus), de la laine de verre (90 à 120 cm par le dessous, 90 à 100 cm par le dessus) et du polyuréthane (70 à 100 cm par le dessous, 60 à 70 cm par le dessous).

Enfin, la présence d’un vide sanitaire doit être prise en compte dans le choix des matériaux isolants, puisqu’il n’y a pas de contact direct avec le sol terrestre.

Nous vous recommandons ces autres pages :